Les règles à suivre pour réussir un compost

règles à suivre pour réussir son compost

Le compost est un incontournable en matière d’écologie quand on possède un jardin. Il permet de « recycler » ses déchets alimentaires de façon naturelle, tout en produisant un bon engrais biologique pour son jardin. Découvrez à quoi sert un compost et les règles à suivre pour réussir votre compost.

Qu’est ce que le compost ?

Le compost améliore la structure des sols et peut servir d’engrais aux plantes. Il est issu d’un processus biologique de conversation et de valorisation des matières organiques en un produit stabilisé hygiénique riche en minéraux. En effet, les déchets organiques mélangés entrent dans un processus naturel de décomposition en présence d’eau, d’oxygène et de micro-organismes qui se nourrissent des déchets organiques. Un compost correctement abouti est semblable à un terreau.

Les raisons de mettre en place un compost chez soi

Si vous êtes dans une volonté de polluer le moins possible, la mise en place d’un compost est une réelle démarche écologique, c’est d’ailleurs dans notre TOP des meilleurs astuces écolos. En effet, les déchets organiques représentent 30 à 40% du contenu de notre poubelle, soit environ 100 kg par habitant et par an ! De plus, si vous payez le dépôt de vos poubelles cela vous fera aussi de belles économies. Le compost fera un très bon engrais pour vos plantes et améliora la qualité de vos sols.

Il est possible de le créer en un tas dans votre jardin ou bien alors en se procurant un composteur.

Les règles à suivre pour réussir son compost

Créer un compost c’est bien, mais il faut respecter les règles suivantes si vous souhaitez obtenir un terreau le plus sain possible.

  • Faire attention à ce que l’on y met : déchets de cuisine (légumes, coquilles d’œufs, marc de café, épluchures…), déchets de maison (bouquets fanés, mouchoirs en papier, cendre de bois, scuire de toilettes sèches…), déchets de jardin (tonte de pelouse, paille, taille de haies…). On n’y met ni fruits malades, ni plastique, ni sable, ni tissus synthétiques, ni viandes, ni laitage…
  • Réduire en morceaux les déchets
  • Mettre la même quantité de déchets bruns (feuilles mortes, branchages) et de déchets verts (pelouse). L’idéal étant d’alterner les couches.
  • Maintenez une bonne humidité. A chaque gros apport, arrosez votre compost. Aussi, contrôler l’humidité de votre compost, il faut qu’il y ait des gouttelettes d’eau, s’il est trop sec ou trop mouillé c’est que l’humidité n’est pas optimale pour que les micro organismes fassent correctement leur travail.
  • Aérer votre compost : Le mélange et l’aération se font 2 à 4 semaines après la mise en tas des déchets. Utilisez une fourche ou un aérateur de compost pour ramenez les couches inférieures sur le dessus du compost. Des branchages peuvent aussi permettre d’aérer votre compost en son sein.
  • Optimiser son compost : Avec des plantes, du purin, des algues. Cela permettra d’accélérer sa décomposition.

Laisser un commentaire